Il n’est jamais trop tard !

Connaissez-vous cette histoire incroyable concernant le Colonel Sanders?

Son histoire constitue, à elle seule, un exemple de détermination et de pugnacité dont de nombreuses personnes peuvent aujourd’hui s’inspirer pour mener à bien leurs projets respectifs, indépendamment de leurs secteurs d’activité.

Harland David Sanders, plus connu sous le nom du Colonel Sanders, a vu le jour le 9 septembre 1890 dans une ferme à Henryville dans l’état de l’Indiana.

À 5 ans son père mourut.

Issu d’un milieu relativement modeste, il se retrouva dans l’obligation de commencer à travailler dès son plus jeune âge, à 10 ans plus exactement.

Ses débuts précoces dans le monde du travail furent laborieux dans la mesure où il essuya de nombreux échecs qui n’ont ébranlé pour autant sa détermination. Ainsi, il vendait à travers sa toute première société des lampes à carbure.

Hélas, la vaste campagne d’électrification lancée à cette époque sur l’ensemble du pays n’avait pas tardé à avoir raison de sa première entreprise qui avait fait faillite peu de temps après sa création.

À 17 ans, il avait déjà perdu quatre emplois.

À 18 ans, il s’est marié.

À 19 ans, il est devenu père.
À 20 ans, sa femme l’a quittée et a pris leur fille.
Entre 18 et 22 ans, il était conducteur sur les chemins de fer et a échoué.
Il a rejoint alors l’armée et travaillait à la cuisine mais il a été renvoyé.
Il a ensuite cherché à entrer à l’école de droit mais son dossier a été rejeté.

Alors, Il est devenu commercial dans une compagnie d’assurance mais il a été à nouveau renvoyé.

Il commença à travailler dans un petit café comme cuisinier et laveur de vaisselle. Mais là encore, il a été renvoyé après avoir tenté vainement de s’enfuir avec sa fille.

Plus tard, il réussit à convaincre sa femme de revenir à la maison.

Il tenta une nouvelle aventure professionnelle en se lançant dans une carrière de juriste, sans plus de succès malheureusement, puisqu’il fut radié carrément de la profession en raison d’une bagarre qu’il déclencha en pleine audience. Même s’il a été mis hors de cause dans cette bagarre, sa renommée fut néanmoins entachée dans ce milieu où une réputation irréprochable est indispensable pour gagner la confiance des clients. Il lui était impossible dès lors de poursuivre dans cette voie.

Après ce nouvel échec, le Colonel Sanders prit la décision d’ouvrir un restaurant en espérant que ses talents culinaires pourraient lui permettre de rebondir dans un univers totalement différent de ceux qu’ils avaient connu jusqu’ici. Au menu, on retrouvait essentiellement des spécialités du Sud des USA qu’ils maitrisaient à la perfection tels que le poulet frit, de la purée de pommes de terre auxquels ils ajoutaient des aromates et des herbes en guise de touche personnelle.

Afin de développer ses qualités de gestionnaire, il n’hésita pas à suivre un stage accéléré d’une durée de deux mois à l’Université Cornell. Il ne tarda, d’ailleurs, à hériter du titre honorifique de « Colonel du Kentucky » qui lui a été décerné par le gouverneur du Kentucky afin de le récompenser pour sa contribution à la popularisation de la cuisine américaine. Et au moment où la chance semblait enfin lui sourire, le Colonel Sanders vit une grande partie de ses clients déserter son restaurant en raison de la construction d’une autoroute qui détourna les clients de son établissement.

Au bord de la faillite, il dut vendre son établissement à perte et parvint tout juste à rembourser l’intégralité de ses dettes. A l’âge de 66 ans, il se retrouva ruiné et désabusé en raison de ce nouvel échec. Il dût d’ailleurs se contenter d’un maigre chèque de $105 délivré par la sécurité sociale chaque mois pour survivre tant bien que mal. Il comprit alors qu’il ne pourrait subvenir aux besoins de sa famille avec cette somme.

Déçu et dégoûté de la vie, il se dit qu’il n’avait rien réalisé de toute sa vie et tenta de se suicider mais en vain.
C’est alors qu’il était assis sous un arbre, il se mit à faire la liste de tout ce qu’il avait fait de sa vie.
Il réalisa que toute sa vie n’a pas été que du gâchis car il y a un domaine dans lequel il excellait mieux que quiconque : la cuisine.
Ainsi, il emprunta 87 $ à un ami et commença à frire du poulet qu’il vendit à ses voisins en faisant du porte à porte dans l’état de Kentucky.

Rappelez-vous à 66 ans, il était prêt à se suicider.

Convaincu par le potentiel commercial de sa célèbre recette secrète de poulet frit, Sanders prît la décision de la commercialiser mais, plutôt que de vendre cette recette, il proposa aux patrons des restaurants d’utiliser sa recette pour vendre du poulet frit, et en contrepartie, il recevrait une faible somme par poulet vendu.

En dépit de ce compromis, l’affaire fut loin d’être gagnée d’avance, à tel point que sa persévérance fut mise à rude épreuve. Une persévérance qui lui a permis de sillonner le pays entier au volant de sa veille voiture dont le siège arrière servait d’ailleurs de dortoir précaire.

Il lui aura fallu tout-de-même essuyer pas moins de 1009 refus avant de décrocher le premier Oui !

Il ne fait aucun doute sur le fait que de nombreuses personnes auraient abandonné à sa place bien avant d’obtenir ce premier Oui qui marqua le début d’une saga extraordinaire.

En effet, sa persévérance finira par payer puisqu’il se retrouva à la fin des années 50, à la tête d’un empire de 400 restaurants en franchise. Grâce à sa recette secrète farouchement protégée, le Colonel ne tarda pas à devenir un septuagénaire multimillionnaire.

Ce dernier avait compris, en tout cas, que la seule manière d’échouer, était d’abandonner.
À 88 ans, le Colonel Sanders, fondateur de Kentucky Fried Chicken
(KFC) Empire était devenu un milliardaire.


Il n’est jamais trop tard pour (re)commencer.

SEULE VOTRE ATTITUDE FACE AUX ÉVÉNEMENTS DE LA VIE PEUT VOUS DÉTERMINER.

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.